Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Home de David Storey

Ils sont cinq, sous une tonnelle, ils cherchent la chaise qui leur manque pour se réunir autour de la table. Quand ils seront assis, ils pourront se dire, les rires, les larmes… Jack pourra raconter combien est passionnante sa famille, si nombreuse,  et on l’écoutera, et on fera attention à lui… Marjorie, elle, expliquera que c’est insupportable Noël avec tous ces gens heureux quand on est seule… Et ça fera du bien… Nous comprendrons peu à peu qui ils sont et quelle est la nature du lieu où ils se trouvent. A travers un dialogue allusif, peuplé de longs silences, le texte de David Storey, magnifiquement adapté par Marguerite Duras, reconstitue le climat et l’univers de la maison de santé où ils se trouvent. Home, la maison, le pays natal, l’asile… Pour Chantal Morel, qui monta la pièce une première fois en 86, le geste va au-delà d’un retour à la maison. « Ce que ce texte disait, c’était la dignité, celle que l’on vole aux plus fragiles, à ceux que l’émotion ou la difficulté de vivre ont amené dans ce lieu, (…)

Aujourd’hui il dit toujours la dignité, l’humilité, et le don de soi d’un acteur au service de la parole de ceux qui ne peuvent pas pleurer comme des enfants faute d’être rejetés du train en marche, qui n’ont pas le désir de prendre la place de l’autre et seront rejetés du train en marche. »

Le texte, la façon dont il est né, dont il est apparu aux yeux du metteur en scène qui naissait en elle, devait dessiner une vie de théâtre, une manière de vivre le théâtre comme un art de la disparition de soi pour céder la place à la voix de l’autre, aux voix des autres. Rendre visible tant de choses invisibles, c’est ce à quoi s’est employée Chantal Morel depuis le tout début de son aventure théâtrale, qu’elle adapte Dostoïevski, Bourdhouxhe, ou Maeterlinck ou qu’elle mette en scène Shakespeare, Tchekhov ou Valletti. En 1986, elle relevait pour l’Avant-Scène une phrase du texte de Storey qui l’avait particulièrement marquée : « Ce qui manque le plus, c’est la persévérance. On entreprend quelque chose, on ne le termine pas, on l’abandonne ». Elle ajoutait : « Aller jusqu’au bout c’est un problème de dignité. » C’est cette détermination tranquille qui marque son travail et qui fait du théâtre de Chantal Morel une chose rare et salutaire, intemporelle et essentielle, le théâtre comme il devrait toujours arriver, par respect pour l’homme qui est derrière chaque spectateur.

 

 

David Storey

 

Romancier, poète, auteur dramatique et scénariste, David Storey est né le 13 juillet 1933 à Wakefield dans la province anglaise du Yorkshire. Son premier roman This Sporting Life remporte un important succès et fait l’objet d’une adaptation cinématographique dont David Storey écrit le scénario et les dialogues. Ce film, réalisé par Lindsay Anderson, remporte la Palme d’or au Festival de Cannes en 1969.

 

L’entièreté de son œuvre comprend une quarantaine d’ouvrages dont quinze romans et recueils de poésie. Entre 1967 et 1980, David Storey écrit dix pièces pour le théâtre qui seront toutes créées au Royal National Theatre à Londres. Les plus connues sont: Home, The Contractor, The Changing Room et The Restoration of Arnold Middelton.

 

Ses textes remportent treize prix littéraires et révèlent David Storey comme un des auteurs les plus prometteurs de sa génération. Il est un auteur de la violence, de la passion et du désespoir. Il touche des thèmes comme la lutte des classes, la famille, ou la folie. Son écriture est physique, violente et profondément humaine.

 

Lors de sa création, Home remporte un énorme succès auprès du public et du monde littéraire. Cette pièce est encouragée par trois prix de littérature anglaise en 1970 et permet à deux acteurs de théâtre (John Gielgud et Ralph Richardson) de jouer ce qui sera l’un des plus grands succès de leur carrière. A l’époque, le ton caustique de cette œuvre explore un nouveau style d’écriture, fait de silences et de suspensions. Il implique un grand engagement physique de l’acteur et demande à celui-ci de placer une confi ance absolue dans l’écriture et le parti pris atypique de la mise en scène.

 

En 1972, Claude Régy fait découvrir cet auteur au public français en même temps que d’autres auteurs de grand talent comme Tom Stoppard, Harold Pinter, James Saudners et Edward Bond. Marguerite Duras accepte de faire l’adaptation française de Home qui sera publiée aux Editions Gallimard, en 1973. La pièce sera d’abord montée par Claude Régy puis recréée par Chantal Morel en 1986 au Théâtre de la Tempête où cette version remporte le prix du public et celui de l’interprétation du Printemps du Théâtre.

 

Depuis lors, cette pièce n’a plus été montée. De toutes celles que David Storey a écrites, elle est la plus intemporelle et la plus radicale dans son mode d’écriture.