Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Théâtre du blog par Edith Rappoport

Pauvre fou

 

Pauvre fou, adaptation de L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Mancha de Miguel Cervantès, par  Chantal Morel.

Pauvre fou pauvre-fou

Chantal Morel, installée  dans le quartier de la Villeneuve à la sombre réputation dans les médias sous la sarkozie, elle développe un travail étonnant avec son Équipe de Création Théâtrale qui mélange des fous de théâtre, amateurs comme professionnels. Installée dans un appartement de la Villeneuve depuis janvier 2012, son équipe a d’abord travaillé sur En attendant Godot,  avant de passer à  Don Quichotte, avec dix  personnes, renforcée par cinq comédiens professionnels: Louis Beyler et Roland de Pauw (Don Quichotte et Sancho Pansa), et Ali Djilali-Bouzina, François Jaulin, Petra Korosi .
Don Quichotte, chevalier dépenaillé à la triste figure, défenseur de la veuve et de l’orphelin,  se fait servir dans une auberge, puis voit disparaître son dîner quand il annonce qu’il n’a pas d’argent. Il s’interpose entre un maître et son valet qui réclame vainement ses gages, menaçant le maître des pires sévices s’il ne les lui paye pas… Puis,  sur une coursive, Don Quichotte sur sa poétique Rossinante, recrute Sancho Panza et son âne, qu’il séduit par la promesse de devenir gouverneur d’un archipel.
Le pauvre Don Quichotte manque de mourir dans son combat contre les moulins à vent qu’il prend pour des géants, mais Sancho le soigne, et le tire de tous les mauvais pas où il se précipite,  à la recherche de sa Dulcinée. La deuxième partie nous ramène au sol, avec un Pancho devenu gouverneur qui rend la justice à contresens, devant un tribunal populaire circonspect. Maître et valet sont  soumis tous deux à un voyage imaginaire, les yeux bandés sur un cheval de bois. Sancho finit par revenir à la terre,  et à sa condition première de paysan, après avoir vainement tenté de déciller les yeux de son maître.
Louis Beyler et Roland Depauw forment un couple incomparable, servi par un chœur d’amateurs attentif et émouvant, dans un décor à double niveau avec des effets magiques de vélums.
Pauvre fou est un très grand spectacle à ne pas manquer.

Edith Rappoport

Théâtre du Soleil, jusqu’au 7 juillet.T: 01-43-74-24-08; les 19 et 20 juillet au festival Hérisson en fête; et  du 17 au 29 septembre Théâtre Prémol à Grenoble.