Rue89

Rue89
(http://www.rue89.com)
Lev Dodine et Chantal Morel face au même roman de Dostoïevski
par Jean-Pierre Thibaudat
paru le 5/12/09

Fait rarissime et probablement unique, on a pu voir en quelques jours deux versions théâtrales longues d'un même roman de Dostoïevski. On ne peut plus voir en russe « Les Démons » à la MC93, mais il ne faut pas rater « Les Possédés » par Chantal Morel au théâtre de Nanterre-Amandiers.


« Les Démons » en 8h30
A la MC93 [1], le spectacle « Les Démons » prenait place dans la rétrospective des 25 ans de répertoire de Lev Dodine, le grand maître du Théâtre Maly de Saint-Pétersbourg.

Tout avait commencé par « Frères et sœurs », spectacle miraculeux qui n'a pas pris une ride malgré les années. Un accord parfait entre une troupe, une œuvre (un roman déjà), un décorateur et un metteur en scène. Tout vient de se terminer par une magistrale version de « Oncle Vania » de Tchékhov malheureusement entachée comme d'autres spectacles de la rétrospective par un acteur forçant la voix et le trait, en dissonance avec ses partenaires et jouant souvent de grands rôles : Vania, Platonov ou Kirillov dans « Les démons ». Au final, cependant, on aura traversé un siècle de Russie en 25 ans de théâtre. Quel voyage !

Ici, un spectacle a pu sembler daté à ceux qui l'avaient vu au moment de la création, mais ravir ceux qui le découvraient (« Les Etoiles dans le ciel de l'aube » de Galine). Là, des lecteurs ont pu regretter une adaptation décevante au décor pesant schématisant un magnifique roman (« Tchevengour » d'Andréï Platonov). Et au milieu de cela, « Les Démons », 8h30 de spectacle, entractes compris.


« Les Possédés » en 6h30
C'est sur la scène de la MC2 de Grenoble que la Grenobloise Chantal Morel a créé « Les Possédés » en 6h30.
Sur son mamelon, la MC2 a pris la place de l'ex-CDNA (Centre dramatique national des Alpes), dont Gabriel Monnet a été le capitaine avant de passer les clefs à Georges Lavaudant. Lavaudant parti, c'est Chantal Morel qui lui a succédé en 1988 (avec Ariel Garcia Valdès).

Elle devait claquer la porte moins d'un an plus tard, écrivant un rapport au vitriol sur l'état des institutions théâtrales à partir de l'exemple grenoblois. Rapport que la profession, rarement prompte à balayer devant sa porte, s'empressa d'enterrer.

Du P38 à la MC2
Une décision qui l'honore mais lui coûta cher. Quelques années plus tard, elle ouvrait dans une ruelle du vieux Grenoble le « Petit 38 », un lieu de vie et de rencontres où le théâtre était la porte au fond à gauche.

Elle y signa de magnifiques spectacles intimes, s'approchant plus d'une fois de Dostoïevski et allant sur ses traces en Russie, comme autant de camps de bases et de repérages pour atteindre le sommet dont elle rêvait : « Les Possédés ».

Prête, elle ferma les portes du « Petit 38 » et se lança avec une équipe réduite de jeunes acteurs. On a dit ici même [3]toute la force de ce spectacle lors de sa création à la MC2 il y a quelques mois. Le voici à Nanterre-Amandiers, avec une distribution légèrement modifiée. Le spectacle a gagné en profondeur et en fluidité : c'est une simple splendeur.

Les meubles de famille
A rebours, le spectacle de Dodine, en dépit de quelques scènes intenses, laisse l'impression confuse d'une étrange pesanteur, comme ces vieilles armoires trop hautes, trop larges que l'on ne sait où mettre dans les appartements modernes, mais que l'on garde car ce sont des meubles de famille et que des fantômes y habitent.

De fait, le spectacle en impose et on est heureux de s'embarquer dans ce voyage romanesque au long cours, même si l'intensité théâtrale n'est pas toujours au rendez vous et le plus souvent par excès de théâtralité.

Un seule exemple : la scène pendant laquelle le groupe terroriste tient une réunion. Au centre du plateau, Dodine compose un tableau qui rappelle certaines images de l'imagerie soviétique. C'est beau, mais figé. Cela manque de cassures.

Chantal Morel, elle, masse les conspirateurs dans un espace réduit sur le côté de la scène au bord des coulisses, les uns sur les autres, toujours en mouvement. La fièvre est palpable.

Le plus russe n'est pas celui qu'on croit
Le spectacle de Chantal Morel, par ses traversées de lumières, ses ombres, ses zébrures, par les partis pris de jeu affirmés sur les personnages de Stavroguine, de Maria de Piotr et de Stepan Verkhovenski apparaît plus dostoïevskien que celui du russe Lev Dodine, plus prévisible.

Certes, ce dernier s'avance avec une distribution plus nombreuse (une trentaine d'acteurs contre douze chez Morel, où chacun joue plusieurs rôles) et techniquement professionnelle, mais, dans ces « Démons » combien moins vivante, vibrante que « Les Possédés » de Chantal Morel.

► Théâtre de Nanterre-Amandiers [4], les vendredis et samedis à 17h30, dimanches à 14h30 (durée 6h30), jusqu'au 13 déc. 01 46 14 70 00, navette assurée avant et après la représentation au RER Nanterre-Préfecture. De 12 à 25 €.



Les réactions

Avatar Lalynha

Poor people build ufanse houses in ufanse areas. How, then, can we speak of natural disasters? That's a non sequitur at best. It's a natural disaster because it was a natural earthquake. (Duh.) An earthquake of the same intensity in a densely populated area of the USA is a natural disaster too, but fatalities per capita will be lower because the relative wealth of the country means our construction and public services are better.The fact that people in some countries live in better-built houses than people in some other countries is a separate issue and one which has to do with a lot of factors. Why is Haiti a poor country in the first place? Why is the Dominican Republic, with which it shares the island of Hispaniola, better off?

Le 10-02-2013 à 14:48:19

Avatar Cathy

I don't think many want to know why Haiti is in the condition it is, it might cause them to have to rihetnk the actions of their nation those which have contributed to the poor condition causing such devastation and death, but most of all the inability in and of themselves to respond to the disaster. You might have to do a little historical inquiry to the present day to understand such poverty, here is a link that few will probably avail themselves of Read it into the archives, check out the links

Le 12-02-2013 à 09:41:57

Réagir


CAPTCHA